Boite à outils

Alerte sécheresse : ça nous concerne tous !

La Scarpe aval passe en alerte sécheresse renforcée. Par arrêté préfectoral du 29 juillet 2022, des mesures de restriction sont mises en place. Cet arrêté est valable jusqu’au 30 novembre 2022.

Ceci nous pousse à prendre conscience du caractère précieux de l’eau et à agir au quotidien pour la préserver, dans une logique de sobriété et de solidarité. L’idée est de nous adapter à la situation et agir de façon à ne pas l’aggraver. Dès à présent, pensez par exemple, en prenant une douche, à récupérer dans un seau les premiers jets d'eau que vous estimez trop froide. Ils vous permettront d'arroser le jardin ou les plantes du balcon. Ne laissez pas de sol nu : paillez vos potagers et parterres avec vos tontes, broyats… Tondez moins souvent et moins ras pour conserver la rosée du matin plus longtemps et garder un jardin plus vert. A plus long terme, dans une logique où ces situations se reproduiront probablement, anticipez ! Pour les propriétaires d’un jardin, équipez-vous de cuves de récupération pour collecter les pluies hivernales afin de pouvoir mieux gérer votre arrosage plus tard dans la saison. Plantez des arbres qui apporteront de l’ombre et des ilots de fraicheur, mais aussi des plantes qui demandent peu d’eau…

Si chacun d’entre nous, citoyen, industriel, agriculteur, commune (…) adapte des gestes simples et économes en eau. Si nous apprenons à réduire nos besoins, nous surmonterons collectivement les périodes de sécheresse. C’est le sens donné aux restrictions qui s’appliquent à présent à nos communes et qui visent à utiliser le moins d’eau possible et aux heures où elle sera le plus utile, sans risque de s’évaporer trop rapidement. Voici un résumé de ces restrictions, qui entrent en vigueur dans les communes du bassin versant de la Scarpe aval (pour connaître la liste des communes concernées, lire l'arrêté dans la rubrique Documentation).

Pour les particuliers : 

  • Le remplissage des piscines privées à usage familial de plus de 20m3 est interdit, tout comme le lavage des voitures en dehors des stations de lavage (avec des dérogations pour les véhicules sanitaires ou alimentaires, techniques, d’urgence et de sécurité), cela afin de ne pas surconsommer l’eau potable et éviter des risques de baisse de débit au robinet, voire de coupures d’eau ;
  • L’arrosage des pelouses, jardins d’agrément, jardins potagers, est interdit de 9h à 19h : c’est une simple mesure de bon sens, pour que l’eau soit utile au sol et aux plantes et ne s’évapore pas sitôt versée ;
  • Le remplissage des étangs, plans d’eau et bassins est autorisé jusque 30 % de la profondeur maximale du plan d’eau à condition de ne pas porter atteinte au milieu dans lequel l’eau est prélevée. La condition préalable est que le plan d’eau ait été autorisé au titre du code de l’environnement : dans le cas contraire, c’est interdit. Au-delà des 30 % de la profondeur maximale, cela est interdit. Le sens de cette mesure est d’éviter des risques de mortalité piscicole sans pour autant trop impacter le niveau des nappes.
  • L’arrosage des jardins d’agrément), espaces verts, des pelouses, des jardinières, plates-bandes fleuries, terrain de sport est interdit quelle que soit l’heure (au lieu d’être interdit en journée). [dérogation possible la nuit pour les terrain de sport si compétition prévue]
  • L’arrosage des potagers et plantations de jeunes arbres est autorisé de 20h à 8h. Pareil pour les green de départ des golfs
  • Le remplissage des piscines privées est interdit quelque soit leur volume (on pouvait avant si <20m3)
  • Le remplissage des étangs est interdit, ainsi que leur vidange dans le milieu hydrographique

Pour les professionnels et les collectivités, les restrictions visent à :

  • Réduire les usages autorisés pour les industriels, les pisciculteurs, les golfs… qui représente de grands volumes d’eau cumulés ;
  • Dans le même état d’esprit, limiter l’irrigation en tenant compte des efforts déjà réalisé avec un système de dérogation pour les systèmes de goutte à goutte, de brumisation des cultures sensibles…
  • A l’image de la mesure de restriction pour les jardins, interdire les arrosages en journée pour les golfs, des terrains de sports, des espaces verts…
  • Décaler des interventions de maintenance consommatrice d’eau : bouches d’incendies, remplissage et vidanges de piscines publiques… L’idée est d’attendre une période plus favorable, où les réserves d’eau auront pu se reconstituer et/ou les usages cumulés auront diminué (lorsque la saison ne nécessitera plus d’irriguer, d’arroser…).

Enfin, quel que soit l’usager, le maintien de certains pompages en cours d’eau est conditionné à la non atteinte du milieu prélevé, notamment dans les cours d’eau, afin de garantir un niveau d’eau minimal pour la vie qui s’y développe. De plus, tous les usages qui dépassent certains volumes sont soumis à des mesures de type registre de prélèvement, compteurs d’eau… pour pouvoir être contrôlés.

Si les commune du bassin versant de l’Escaut sont toujours en simple situation de vigilance, sans restriction d’usage, nous recommandons d’y être tout aussi économe en eau afin d’anticiper et limiter une détérioration de la situation.

Interactive maps